Parc automobile ivoirien

Parc automobile ivoirien

Le parc automobile ivoirien avec une moyenne d’âge de plus de 20 ans, influe négativement sur la sécurité routière, la rentabilité des

activités de transport, la préservation de l’environnement et sur la santé et la vie des ivoiriens. Pour solutionner cet épineux problème, la Côte d’Ivoire est engagée depuis ces dernières années dans un programme de renouvellement de son parc auto sur les cinq prochaines années pour un montant global de 750 milliards de FCFA. Plus de 50 000 véhicules sont prévus dans le cadre de ce programme.

Le jeudi 08 septembre2016 déjà, le Gouvernement ivoirien, par l’entremise du Ministère des Transports, a procédé , à la remise de 100 taxis compteurs flambant neufs à 10 entreprises de transport. Cette action est rendu possible grâce au partenariat entre le Gouvernement ivoirien et certaines banques par l’entremise du Fonds de Développement du Transport Routier (FDTR) qui a su les convaincre pour le financement du projet.

Le 12 décembre 2017, l’État a signé un accord de prêt avec Eximbank Inde, à charge pour Ashok Leyland, le partenaire automobile indien, de livrer à la Côte d’Ivoire 3 600 véhicules en deux phases. Selon le DG du FDTR, Monsieur KOUYATE Mohamed, les véhicules commandés sont de quatre types. A savoir des bennes 10 roues, des cars de 40 places, des minicars de 26 places et des camions de collecte de produits agricoles.

Toutefois ledit projet de renouvellement du parc automobile fait jaser dans le milieu des transporteurs en commun.

Réagissant à la polémique sur le renouvellement du parc automobile, le 7 février à Abidjan, le Ministre des Transports, Amadou Koné, a déclaré que le programme n’est pas obligatoire, et repose sur une adhésion volontaire des acteurs, contrairement aux propos d’un agent de transport relayé dans la presse. « Il n’a jamais été question d’un remplacement forcé et systématique de véhicules. Le Ministre des Transports a invité en conséquence toutes les entreprises de transport routier, désireuses d’adhérer à ce programme à prendre attache avec le Fonds de Développement du Transport Routier (FDTR) en vue d’en bénéficier.

Abondant dans le même sens que le Ministre des Transports,  le DG du FDTR a tenu à faire une mise au point à travers un communiqué de presse.

Télécharger et lire le communiqué de presse du DG du FDTR

 

 

Sécurité du piéton dans la circulation

Sécurité du piéton dans la circulation

Dans les milieux urbains, les activités socio-économiques imposent à la population un accroissement de la mobilité par rapport à la zone rurale. Si dans les pays développés, les moyens de déplacement de cette population sont nombreux et variés (voitures personnelles, transports en commun, bus, train, etc.…), ce n’est pas le cas dans nos pays en voie d’émergence où ces moyens sont insignifiants par rapport à la demande de la population à telle enseigne que la marche à pied constitue le moyen de déplacement le plus utilisé.

En règle générale, en matière de circulation routière, la réglementation permet à chaque type d’usage d’évoluer dans un espace qui lui est propre, en vue d’une meilleure cohabitation. C’est ainsi que la chaussée est réservée aux véhicules et le trottoir ou l’accotement réservé aux piétons.

Mais cette situation idéaliste n’est qu’une vue de l’esprit dans la mesure où le piéton est souvent obligé de sortir de son « DOMAINE RÉSERVÉ » soit pour traverser la chaussée, soit pour éviter l’étale d’un marchand ou un véhicule en stationnement sur le trottoir. C’est à ces moments précis que se créent des situations conflictuelles entre les piétons et les autres usagers de la route, à savoir les automobilistes et les conducteurs d’engins à 2 roues.

Télécharger le document complet

Le contrôle des vitesses par Radar

Le contrôle des vitesses par Radar

MISSION DE L’UNITE RADAR

Le RADAR est avant tout un instrument d’évaluation du comportement des conducteurs relativement aux messages de sensibilisation de l’OSER, pour ce qui est du respect des vitesses limites réglementaires en particulier.

A cet effet, en opération de contrôle, l’unité RADAR aura pour mission essentielle de :

  • Vérifier le respect par les automobilistes, des limitations de vitesse prescrites par le code de la route ;
  • Sensibiliser l’ensemble des conducteurs de véhicules, au respect de cette limitation de vitesse ;
  • Sanctionner les contrevenants (loi n° 63-526 et 63-527 du 26 Décembre 1963, relatives aux peines applicables aux infractions en matière de Police de la route), pour susciter un éveil de conscience au niveau du respect de la loi en général, et des règles régissant la circulation routière en particulier.

Télécharger le dossier complet

Problèmes d’embouteillages à Abidjan

Problèmes d’embouteillages à Abidjan

L’embouteillage ou encombrement de la voirie qui se définit comme l’affluence de véhicules qui obstruent la circulation sur une route, est un fléau de toutes les grandes villes ayant connu un développement économique fulgurant, comme la ville d’Abidjan.

En effet depuis ces dix dernières années, on assiste à des embouteillages récurrents sur l’ensemble des grandes artères de la ville d’Abidjan.

Dans le tableau ci-dessous, nous allons présenter les causes de cet encombrement de la voirie, les conséquences sur les usagers de la route et les opérateurs économiques, et proposer des approches de solutions.

Télécharger le fichier pdf pour la suite